Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Une bonne qualité globale des eaux de baignade en Europe

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Qualité des eaux de baignadesL’Agence européenne de l’environnement (AEE) a publié son rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade en Europe. 96 % des sites analysés remplissent les conditions de qualité minimale, établies par une directive de l’Union Européenne (UE). 85 % satisfont aux normes de  qualité « excellente ». Mais il existe encore des sites de qualité insuffisante dans certains pays dont la France. Chaque pays met à la disposition des usagers les résultats nationaux.

Des eaux de baignade classées selon leur qualité

Ce rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade se fonde sur les comptes rendus des 28 Etats membres de l’UE, auxquels s’ajoutent l’Albanie et la Suisse. Il est publié chaque année avant le début de la saison balnéaire pour permettre à chacun de choisir son lieu de baignade en toute connaissance de cause.

Pour l’établir, les autorités nationales collectent des échantillons d’eau dans les sites de baignade officiellement identifiés. Ils sont analysés pour la recherche de deux types de bactéries, qui indiquent la pollution provoquée par les eaux usées ou le bétail. En fonction des bactéries détectées, l’eau de baignade est classée comme étant de qualité « excellente », « bonne », « suffisante » ou « insuffisante ».

Ce rapport offre un aperçu de la qualité des eaux de baignade en 2017 et, de ce fait, indique également où l’on peut trouver des sites baignade de la qualité la meilleure pour cette année.

Des eaux de baignade généralement correctes…

Au cours de la saison 2017, près de 22 000 eaux de baignades ont été contrôlées dans toute l’Europe. Pour une vaste majorité des sites, elles sont de bonne qualité. Cela se vérifie d’ailleurs sur les dernières années.

Si 96 % des zones de baignade remplissent les conditions de qualité minimale, établies par la directive de l’UE, près de 85 % satisfont même aux normes les plus strictes, leur conférant une qualité « excellente ». La proportion des sites de l’Union présentant une eau de qualité excellente a généralement augmenté depuis 2013, où il était de 82,6 %.

Pour certains pays comme l’Autriche, la Belgique, Chypre, la Croatie, la Grèce, la Lettonie, du Luxembourg, Malte, la Roumanie, la Slovénie et la Suisse, ce sont tous les sites qui ont atteint une qualité au moins suffisante. Dans 5 pays, plus de 95 % des eaux de baignades ont été jugées excellentes : le Luxembourg, Malte, Chypre, la Grèce et l’Autriche.

Les eaux de baignade en Europe

Mais quelques sites de qualité insuffisante

Cependant, 294 sites de baignade de l’UE ont été classés parmi les eaux de qualité insuffisante. Ce chiffre est similaire à celui de 2016. Ces sites doivent être fermés lors de la saison balnéaire suivante et sont soumis à l’obligation de mettre en place des mesures visant à réduire la pollution et à supprimer les dangers pour la santé des baigneurs.

Pour les sites dont la qualité a été jugée insuffisante 5 années de suite, une interdiction permanente de baignade – ou une recommandation déconseillant fortement la baignade – s’impose. C’est le cas de 76 sites en 2017 : 44 en Italie, 24 en France, 4 en Espagne, 1 en Bulgarie, au Danemark, en Irlande et aux Pays-Bas.

Une information obligatoire

L’information des citoyens fait aussi partie de la directive européenne. Les différents pays disposent  actuellement de sites nationaux pour relayer les analyses de l’AEE et informer en détail les usagers sur leurs zones de baignade. Ils se présentent généralement sous forme de carte interactive. C’est le cas en France, sur le site du Ministère de la santé.

Le site web de l’AEE rassemble toutes les informations et permet de visualiser la qualité de l’eau de tous les sites de baignade analysés, en mer ou en eaux intérieures, en Europe.

Ces eaux de bonne qualité constituent un besoin, pas seulement pour la santé des baigneurs, mais aussi pour celle des écosystèmes. Il faut donc replacer les efforts d’amélioration dans un contexte de bon état écologique et environnemental.

Source : AEE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.