Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Une Décennie pour les océans

Les Nations-Unies viennent de proclamer la période 2021-2030 « Décennie des sciences océaniques pour le développement durable » afin de mobiliser la communauté scientifique, les décideurs politiques, les entreprises et la société civile autour d’un programme de recherche et d’innovation technologique dans ce domaine.

Près de 3 milliards d’êtres humains dépendent directement de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins. Pour certains états, c’est leur survie qui dépend de l’océan. Pour tous, sa santé est capitale : il absorbe près d’un tiers du CO2 produit par les activités humaines et atténue les effets du changement climatique. Mais on ne connaît pas encore bien les effets de la pollution, du réchauffement climatique et de l’acidification sur celle-ci. L’ONU constate d’ailleurs que les dépenses nationales consacrées aux recherches océaniques sont très faibles.

Or ces recherches demandent des investissements importants : navires de recherche, exploitation d’images satellites, robots sous-marins, etc. Elles s’appuient aussi sur la collecte et le traitement de données par milliers des scientifiques travaillant en mer ou en laboratoire. Cette Décennie vise donc à renforcer et à diversifier les sources de financement, notamment pour les petits états insulaires, dont la survie dépend de l’océan, et pour ceux en voie de développement.

Cette Décennie a aussi pour objectif d’apporter des solutions à la fois naturelles et innovantes aux grands défis de la planète (le changement climatique et l’éradication de la pauvreté entre autres). Du développement des sciences océaniques dépend également notre équilibre social, économique et environnemental. Cette période permettra enfin d’accélérer la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable n°14 : « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable. »

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay s’est félicitée de cette proclamation en appelant toutes les parties prenantes à se joindre aux efforts de l’organisation dans le domaine de la coopération scientifique. « L’océan est notre nouvelle frontière. Il recouvre 71% du globe, mais nous le connaissons à peine et nous en avons exploré moins de 5%. Cette décennie va permettre de coordonner les efforts de recherche. La Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO est fière de mener cet effort mondial » a-t-elle déclaré.

Cette proclamation confirme le soutien apporté à l’initiative de l’UNESCO par les Etats membres de Nations unies, lors de la Conférence sur les océans de l’ONU (5-9 juin 2017, New York) et au moment de l’adoption de la Déclaration ministérielle sur les océans et la santé humaine (8 septembre 2017, Lisbonne).

Source : UNESCO

 

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *