Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Une ferme solaire à Paris-Charles de Gaulle

Le groupe Aéroports de Paris mise décidément sur les énergies renouvelables. Après deux projets développés les années précédentes, il vient de mettre en service une centrale photovoltaïque, s’étendant au sol sur une surface de 4 000 m², et destinée à produire 157 MWh d’électricité par an, qui seront directement injectés dans le réseau d’Aéroports de Paris. Le groupe compte ainsi économiser 7 tonnes de CO2 par an.

Aéroports de Paris continue ainsi à s’orienter vers l’utilisation des énergies renouvelables. En effet, après la mise en service en 2011 d’une centrale géothermique pour couvrir 100 % des besoins en chaleur des terminaux de l’aéroport d’Orly, et l’ouverture en 2012 à l’aéroport Charles de Gaulle d’une centrale à bois  qui devrait assurer jusqu’à 25 % de ses besoins en chauffage, le groupe inaugure maintenant une ferme solaire au sol de 792 panneaux. A l’occasion de cette annonce, il rappelle que, dans le cadre de son plan stratégique 2011 – 2015, il entend réduire de 25 % ses émissions de CO2 par rapport à l’année 2009, et atteindre parallèlement 15 % d’énergies renouvelables dans ses consommations énergétiques internes.

Didier Hamon, Secrétaire Général d’Aéroports de Paris, en charge du développement durable, se félicite de cette nouvelle réalisation :

Aéroports de Paris vise à l’exemplarité en matière de développement durable. Des engagements concrets ont été pris, avec notamment une démarche de maîtrise de l’énergie ancrée sur la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement. Cette nouvelle réalisation, représentative de notre politique de Responsabilité Sociétale d’Entreprise, confirme notre ambition d’une relation durable et de la plus haute qualité avec nos parties prenantes. Le travail de conception de cette « ferme solaire », mené en collaboration avec la Direction Générale de l’Aviation Civile a conduit à l’utilisation de panneaux polycristallins équipés d’un verre spécifique pour limiter la réflexion optique.

L’impact de ces équipements est renforcé par un important programme d’économies d’énergie concernant l’éclairage des pistes et des terminaux, ainsi que les équipements informatiques. En effet, le même plan stratégique ambitionne aussi de réduire de 12,5 % la consommation d’énergie primaire par mètre carré de bâtiment, entre 2009 et 2015.

Source : Aéroports de Paris