Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Vers un réchauffement climatique plus important que les pires prévisions du GIEC ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une étude publiée dans la revue Nature estime que la hausse de la température de la planète pourrait se situer, à l’horizon 2100, 15 % au-dessus de ce que prévoit les scénarios les plus pessimistes du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat).

Organe scientifique de référence sur le réchauffement du climat, le GIEC a publié, dans son cinquième rapport (2014), quatre scénarios possibles de hausse de la température de la Terre à la fin de ce siècle, en fonction des volumes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) : RCP2.6, RCP4.5, RCP6.0 et RCP8.5. Le scénario RCP 2.6  implique de fortes réductions d’émissions de GES par la communauté internationale. Au contraire, le RCP8.5 (+4,3° C) est le plus pessimiste, mais c’est un scénario probable car il correspond à la prolongation des émissions actuelles. Mais les deux climatologues à l’origine de cette étude, Patrick Brown et Ken Caldeira, de l’Institut Carnegie de l’université de Stanford en Californie, estiment que « le réchauffement climatique sera probablement plus important » que le pire des scénarios du GIEC.

Des modèles plus pessimistes, se basant sur une augmentation des volumes de GES dans l’atmosphère, prévoient une augmentation de 3,2° à 5,9° C d’ici 2100, mais leur marge d’incertitude est importante. Les deux climatologues ont donc cherché à la réduire, en éliminant certains modèles mathématiques peu adaptés aux observations. Elle serait désormais de 0,4° au lieu de 0,7°. Ainsi souligne Robert Vautard, directeur de recherche CNRS à l’Institut Pierre-Simon-Laplace (IPSL) et expert des phénomènes extrêmes, cité dans un article du Figaro, « C’est un papier intéressant qui peut ouvrir des perspectives. L’intérêt tient à sa méthode qui permet une réduction de l’incertitude sur les projections climatiques. »

En fait, l’étude « élimine la partie basse de la fourchette » et conclut que « le réchauffement climatique le plus probable est d’environ 0,5° plus important que suggère le modèle brut du GIEC » concerné. Les deux scientifiques tablent donc sur une augmentation de 4,8° vers la fin du siècle par rapport à l’ère préindustrielle. « Nos résultats indiquent que parvenir à n’importe quel objectif de stabilisation de la température mondiale nécessitera des réductions plus importantes des émissions de gaz à effet de serre que celles précédemment calculées » affirment-ils.

Actuellement, la planète a gagné près de 1° C, selon les scientifiques, ce qui a suffi à provoquer d’importants désordres : intensité et fréquence des phénomènes extrêmes, fonte de la banquise, acidification des océans et augmentation de leur niveau moyen. Qu’en sera-t-il si on table sur une augmentation de température de 4,8° ?

Sources : Le Figaro, France-Info, Nature

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.