Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Vers une production de « carburant solaire »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

université paris diderotDes chercheurs du Laboratoire d’électrochimie moléculaire (Université Paris Diderot/CNRS) viennent de développer un procédé capable de transformer le dioxyde de carbone (CO2) en méthane (CH4) à l’aide de la lumière du soleil et d’un catalyseur moléculaire à base de fer. La molécule de CO2, rejetée en quantité massive par les activités humaines et responsable en grande partie du changement climatique, pourrait ainsi se recycler dans la production d’un « carburant solaire. »

Le CO2 est actuellement considéré comme un déchet, l’utiliser comme matière première représente donc un défi majeur pour la recherche scientifique, mais aussi un enjeu politique. On voit donc tout l’intérêt que revêt ce procédé, développé par Marc Robert et Justin Bonin, capable de le convertir en méthane, principal composant du gaz naturel – troisième source d’énergie la plus utilisée au monde après le pétrole et le charbon.

Au cours du processus, la molécule de CO2 perd progressivement ses atomes d’oxygène, remplacés par des atomes d’hydrogène qui stockent au passage de l’énergie sous forme de liaisons chimiques. Cette transformation, appelée « réaction de réduction » permet d’obtenir différents composés qui vont du monoxyde de carbone à l’acide formique (matières premières de l’industrie chimique) au méthanol (carburant liquide) et au méthane, forme la plus réduite ayant concentré le plus d’énergie.

Alors que la plupart des catalyseurs sont basés sur des métaux rares et précieux, les chercheurs utilisent un catalyseur à base de fer, métal abondant et peu coûteux, qu’ils ont développé. Ce processus fonctionne à pression et température ambiantes, en utilisant la lumière solaire comme seule source d’énergie, et ouvre la voie à une utilisation circulaire du CO2.

« En démontrant que la combinaison de la lumière solaire et d’un catalyseur à base de fer est capable de transformer le CO2 en une molécule à fort contenu énergétique, le Laboratoire d’électrochimie moléculaire montre qu’il est possible de stocker l’énergie solaire renouvelable en une forme de carburant compatible avec les infrastructures industrielles et les réseaux d’énergie existants » conclut le communiqué du CNRS.

Source : CNRS

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.