Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Ville de Paris : développer le transport fluvial comme alternative aux poids lourds

Afin de réduire la circulation des poids lourds, accompagnés de leur lot d’émissions de CO2 et de particules fines, Paris se tourne vers les atouts que représentent la Seine et les canaux. La Ville vient ainsi de signer un accord avec l’UNICEM (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction), un acteur-clé regroupant la quasi-totalité des industries extractives de minéraux, ainsi que les producteurs des principaux matériaux de construction, en particulier de béton prêt à l’emploi, pour développer sensiblement le trafic fluvial et contribuer ainsi à limiter les émissions de gaz à effet de serre et les particules fines.

transport fluvialEn effet, la Ville de Paris est propriétaire et entretient un réseau fluvial de 130 kilomètres de voies navigables. Elle est de plus propriétaire d’implantations portuaires dans le 19ème arrondissement et en Seine-Saint Denis, le long de deux canaux à grand gabarit : le canal Saint Denis et le canal de l’Ourcq. Ceci pourrait donc permettre de réduire très sensiblement la circulation des poids lourds aux portes nord et est de la capitale. En 2014, le trafic de marchandises sur ces canaux avoisinait le million de tonnes.

Or dans un contexte d’importants travaux à venir (chantiers d’infrastructure du Grand Paris Express et renouvellement urbain des territoires de l’Ourcq et de Plaine Commune), la filière du BTP, déjà principale contributrice à ce trafic, va devoir augmenter s’approvisionner en matériaux de construction nécessaires, ce qui devrait augmenter notablement le trafic sur les canaux parisiens. Ces matériaux, transportés par voie d’eau, répondent à une logique de développement durable : ils permettent effectivement de limiter les émissions de CO2 et de particules fines, mais aussi d’améliorer la qualité de vie des territoires et de contribuer au développement de la filière du transport fluvial, alternative au transport routier. D’autant plus que le transport fluvial utilise des infrastructures déjà existantes et bien intégrées dans leur environnement.

Par ailleurs, le service des canaux travaille déjà régulièrement en partenariat avec les entreprises adhérentes à l’UNICEM pour assurer le suivi de gestion des sites et les conditions de navigation sur les canaux. L’accord-cadre signé est donc un outil propice pour développer la part du transport fluvial. Il engage les parties sur l’échange des données, le partage de l’information, l’amélioration du réseau fluvial, le développement de son trafic et la communication. Le transport fluvial apparaît ici comme « une solution écologique particulièrement opportune. »

Sources : Ville de Paris, Service des canaux

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.