Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Yuka intègre l’Eco-score dans son évaluation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Même si toutes les marques de produits alimentaires ne se lancent pas dans l’affichage de l’Eco-score sur leurs produits, il y aura dès le 22 février un moyen de le connaître. Yuka s’apprête à compléter son application, afin que cet indicateur qui évalue l’impact environnemental des produits alimentaires puisse faire partie des critères de choix des consommateurs.

La santé humaine et celle de la planète

L’alimentation est au cœur du changement de comportement qui permet de préserver sa santé en même temps que celle de la planète. Elle représente 28 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et 70 % de la consommation d’eau. Par ailleurs, elle est aussi responsable de 70 % de la déforestation.

L’application Yuka nous a habitués à scanner les étiquettes afin de les déchiffrer pour nous. Elle nous permet de visualiser en un coup d’œil les produits, nutritionnellement parlant, bons pour nous (ni trop salé, ni trop sucré, ni trop gras, pour reprendre les termes de la campagne nationale) et ceux qu’il vaut mieux éviter. Y ajouter l’Eco-score va lui permettre de donner aux consommateurs une indication encore plus complète.

L’Eco-score, un autre indicateur

L’Eco-score a pour objectif d’informer les consommateurs sur l’impact des produits qu’ils achètent, afin de les orienter vers une alimentation plus durable. Son calcul prend en compte l’ensemble des critères affectant l’impact environnemental d’un produit. Il s’agit d’une initiative indépendante, proposée conjointement par un collectif de 10 acteurs de l’alimentation. Ceux-ci partagent l’ambition de mettre en place un outil simple permettant de réduire l’impact de l’alimentation sur la planète.

Il ne tient d’ailleurs pas qu’au produit. Ainsi des saucisses bios peuvent se retrouver avec un Eco-score de classe D (orange). En effet, si l’origine bio les propulse normalement dans le vert, l’origine UE (donc non locale), mais surtout les étapes de production et l’emballage non recyclable les font reculer. A l’inverse, des œufs bio, produits en France, sans étape de transformation et emballés dans une boîte carton (donc recyclable), se retrouvent en classe A (verte).

« L’objectif de Yuka est d’aider les consommateurs à faire de meilleurs choix pour leur santé et représenter un levier d’action pour conduire les industriels à proposer de meilleurs produits », explique le site, qui va pouvoir ajouter aussi « pour la santé de la planète ».

Source : Yuka

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.