Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Zéro émission nette ou zéro émission ? (1)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Beaucoup de pays et d’entreprises ont pris l’engagement de parvenir à « zéro émission nette » avant une date plus ou moins proche. Un engagement louable apparemment, mais dont un rapport de l’Oxfam, intitulé Pas si net, s’inquiète : « zéro émission » et « zéro émission nette » ne signifient pas la même chose. Et dans de nombreux cas, les objectifs de zéro émission nette s’apparentent plus à un exercice d’écoblanchiment qui s’accommode du statu quo, selon l’ONG.

Zéro émission nette

Un « zéro émission nette » mis en avant par états et entreprises

On attend beaucoup de la COP26, qui va se dérouler à Glasgow (Ecosse) en octobre prochain pour obtenir des engagements fermes sur le climat. À l’heure actuelle, plus de 120 pays, dont les États-Unis, la Chine, le Japon et certains pays de l’UE, se sont engagés à atteindre l’objectif « zéro émission nette » à l’horizon 2050. Ce que l’on pourrait qualifier, en théorie, de « quête louable et la limitation du réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C ».

Mais en théorie seulement… Toute la différence réside dans le terme « nette » et ce qu’il peut dissimuler. « En l’absence de définition claire, ces stratégies pourraient devenir un moyen dangereux de faire diversion, susceptible de mettre en péril l’avenir de la planète », précise l’ONG. Il s’agit pour elle en fait d’« un moyen pratique de paraître déployer des mesures considérables pour stopper la catastrophe climatique tout en se gardant bien de le faire ». Atteindre les objectifs de l’Accord de Paris signifie réduire de près de la moitié les émissions de carbone d’ici 2030. Or, d’après les estimations actuelles, nous n’en sommes qu’à 1 % de réduction des émissions depuis 2010.

Eliminer le carbone plutôt qu’éviter de le produire

Au lieu de cibler en priorité les actions permettant de réduire les émissions de carbone, les objectifs de « zéro émission nette » s’appuient sur d’autres méthodes pour éliminer le carbone de l’atmosphère. « Une telle approche permet aux pays et aux entreprises de continuer de polluer, car les millions de tonnes de carbone que leurs usines et leurs centrales rejettent seront éliminées de l’atmosphère d’une manière ou d’une autre, ce qui compense leur pollution et valide leur prétendu objectif zéro émission nette », note l’Oxfam.

Tout le problème concerne ce mode d’élimination du carbone. Il repose « soit sur de nouvelles technologies non éprouvées, soit sur un niveau d’utilisation des terres totalement irréaliste qui provoquerait des famines massives et le déplacement de nombreuses personnes dans le monde », selon le rapport. Aucune des technologies actuelles ne peut être déployée à grande échelle. Le seul moyen réel, éprouvé pour éliminer le carbone de l’atmosphère, consiste à utiliser la terre en faisant pousser des milliards d’arbres pour stocker le carbone dans la végétation et le sol.

Les calculs sur l’équité foncière et alimentaire et les recommandations de l’Oxfam, exprimés dans le rapport « Pas si net », font l’objet de l’article à paraître demain.

Source : Oxfam

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.