Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Zéro émission nette ou zéro émission ? (2)

Le rapport de l’Oxfam Pas si net calcule ce que demanderait le « zéro émission nette » mis en avant par de nombreux états et entreprises, en terre et en équité sociale. Il formule par ailleurs des recommandations pour éviter le pire. Car des réductions réelles, transparentes, concrètes et assorties de délais peuvent encore être décidées pour 2030, lors de la COP26 à Glasgow (Ecosse) en octobre prochain.

zéro émission nette

La superficie de forêt nécessaire ?

Arrêt de la déforestation et gestion durable des terres sont évidemment de bonnes choses et apportent d’innombrables avantages sociaux et environnementaux. Mais « il est mathématiquement impossible de planter suffisamment d’arbres pour atteindre les objectifs zéro émission nette cumulés annoncés par les gouvernements et les entreprises, car il n’y a tout simplement pas assez de terres », explique le rapport.

Et la terre est une ressource limitée et vitale pour la culture vivrière. Elle constitue le moyens de subsistance de millions d’agriculteurs et de communautés locales dans le monde. L’Oxfam a donc fait des calculs. L’ONG estime que pour stocker le carbone et atteindre le « zéro émission nette », la superficie totale requise pourrait être « cinq fois supérieure à la superficie de l’Inde », autrement dit « l’équivalent de la totalité des terres cultivées sur la planète ».

Plusieurs pays et entreprises misent sur les terres et les puits de carbone naturels. Les plans de l’UE s’appuient sur les forêts et la nature pour absorber le CO2. Mais absorber 225 millions de tonnes équivalent CO2 nécessiterait jusqu’à 90 millions d’hectares si les pays de l’Union s’en remettaient uniquement à la reforestation.

Et les objectifs « zéro émission nette » des entreprises ?

L’ONG a analysé les objectifs « zéro émission nette » de 4 entreprises productrices de pétrole et de gaz (Shell, BP, TotalEnergies et Eni). Leurs plans pourraient nécessiter une superficie deux fois supérieure à celle du Royaume-Uni. Pour l’ensemble de ce secteur, cela représenterait plus d’un tiers des terres arables mondiales.

La multiplication des engagements « zéro émission nette » risque de provoquer une nouvelle flambée de la demande en terres. Elle touchera surtout dans les pays à revenu faible et intermédiaire et entraînerait famine et déplacements de population. Il en existe déjà un exemple en Inde qui affecte près d’un demi-million de personnes. Au contraire, « il faut gérer les terres afin de lutter simultanément contre le changement climatique et la faim tout en renforçant les droits et la résilience des communautés ». Un exemple d’agroforesterie au Sahel « démontre qu’il est possible d’allier zéro faim et zéro émission ».

Les recommandations de l’Oxfam

L’Oxfam expose un certain nombre de recommandations, dans son rapport Pas si net, à l’intention des décideurs. Et les premières consistent à intensifier les efforts déployés pour réduire les émissions de carbone à court terme (d’ici 2030), et pour le G20 de privilégier une action climatique ambitieuse. Les états doivent de plus mettre un terme aux subventions accordées pour produire des énergies fossiles.

Quant aux entreprises, elles doivent avant tout réduire les émissions dans leurs propres activités et chaînes d’approvisionnement. Il faut pour cela fixer des objectifs transparents qui opèrent une distinction entre réduire les émissions et stocker le carbone, « au lieu de brouiller les pistes avec des objectifs à court (2030), moyen (2040), et long termes ».

Enfin, l’affectation des sols doit garantir l’éradication de la faim. « Là où des terres sont utilisées pour atténuer le dérèglement climatique, la priorité doit être donnée à la sécurité alimentaire et au renforcement de la résilience des petits agriculteurs » qui en dépendent. Les solutions basées sur la nature doivent s’accompagner de mesures de protection sociale et environnementale.

Source : Oxfam

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.